15 jours au Canada, en camping-car, au départ de Montréal

Cet article vous présente l’itinéraire que nous avons suivi, en camping-car, lors de notre voyage au Canada cet été.

 

Notre itinéraire au Canada.

 

Pour information, nous avons payé un supplément pour récupérer notre camping-car le matin (d’habitude c’est l’après-midi) et le rendre l’après-midi (d’habitude c’est le matin). Ne prévoyez pas trop de choses le premier jour, car le temps de se familiariser avec le véhicule, de s’y installer et de faire ses premières courses, on perd déjà beaucoup de temps. Il est également risqué de prendre possession du véhicule le jour de votre arrivée, si votre vol a un peu de retard, la société de location pourrait être fermée à votre arrivée.

 

Attention, les autoroutes sont limitées à 100km/h, prévoyez donc plus de temps pour vos trajets. Le camping-car a été loué auprès de Canadream, une société qui nous a entièrement satisfaite, de part l’accueil, la qualité du camping-car (qui avait moins d’un an) et des différents services.

 

Jour 1 – Montréal

 

Montréal.

 

Nous sommes arrivé à Montréal en avion (cliquez ici pour voir l’article sur notre voyage de Genève à Montréal en First Class avec Swiss) et après s’être installé à notre hotel près de l’aéroport, nous sommes allé faire un petit tour de quelques heures en ville. Puisque nous connaissons déjà cette ville, nous n’avons pas spécialement prévu d’y passer du temps.

 

Montréal.

 

Tips: gardez les vêtements pour votre première nuit dans votre bagage à main, cela vous évitera de devoir ouvrir tous vos bagages pour une seule nuit.

 

Jour 2- Prise en charge du camping-car et la route le long du Saint-Laurent

Nous avons récupéré le camping-car le matin et après avoir pris le temps de nous familiariser avec le véhicule, nous avons fait quelques courses, avant de rouler en direction de Toronto.

 

Le coucher de soleil sur le Saint-Laurent depuis le Grenville Park Campground.

 

Le long du Saint-Laurent, nous avons pris la Long Sault Parkway, une route qui traverse une dizaine d’iles sur le Saint-Laurent. Après quoi, nous avons continué à rouler jusqu’à ce que nous trouvions un camping au bord de la rivière. Nous nous sommes arrêté au Grenville Park Campground, qui est littéralement les pieds dans l’eau.

 

Jour 3 – Le Park des 1000 Iles et Kingston

Nous avons pris la décision de ne pas prendre l’autoroute mais de longer le Saint-Laurent. La route y était bien plus belle, surtout qu’elle longe le parc des milles iles. Nous sommes allé jusqu’au 1000 Islands Skydeck, une tour d’observation, d’ou on a une très belle vue sur les alentours.

 

Vue du parc national des milles iles, depuis le 1000 Islands Skydeck.

 

Quand nous sommes arrivés, la tour n’était pas encore ouverte, alors puisque nous n’étions qu’à quelques centaines de mètres des Etats-Unis, nous avons décidé de nous y rendre pour boire un café. Bien que l’endroit était très beau, les formalités n’en valent pas la peine (45 minutes pour entrer aux USA).

Après avoir profiter de la vue en haut de la tour, nous nous sommes rendu à Kingston, l’ancienne capitale du Canada.

 

Kingston, l’ancienne capitale du Canada.

 

La ville est charmante et nous y avons trouvé un restaurant assez sympa.

Nous avons continué notre route jusqu’à Glen Rouge Campground, un camping dans la nature, proche de Toronto et surtout à quelques minutes de route d’une gare avec de nombreux trains pour se rendre au centre de Toronto.

 

Jour 4 – Toronto

Nous nous sommes rendu en camping-car jusqu’à la gare (5 minutes de route), ou nous avons pris un train pour le centre de Toronto.

 

Le bâtiment « Iron Flat » de Toronto.

 

Une artère commerçante de Toronto.

 

Sur place, nous avons fait un tour de la ville avec les bus impériaux, nous nous sommes baladés dans plusieurs quartiers, et le soir, nous nous sommes offert un diner panoramique, en haut de la fameuse tour CN.

 

La tour CN entre d’autres bâtiments de Toronto.

 

Vue de Toronto depuis le haut de la tour CN.

 

Nous sommes retournés au camping en train, puis avec notre camping-car.

 

Jour 5 – Canada’s Wonderland et Niagara

Nous avons roulé jusqu’au parc d’attraction Canada’s Wonderland ou nous avons fait quelques tours de grand-huit. Mais mon ami et moi ne nous sentions pas bien (trop d’attractions, trop vite), alors nous avons pris la route en direction de Niagara.

Après s’être installé au camping Jellystone Park (Yogi Bear), nous avons pris un Uber pour nous rendre en ville.

 

Les chutes du Niagara.

 

Les chutes du Niagara.

 

L’après-midi, nous sommes allé voir les chutes, d’en-haut, puis en-bas avec le bateau.

 

Les chutes du Niagara, depuis un bateau.

 

Les chutes du Niagara, depuis un bateau.

 

Nous avons passé la soirée en ville, une sorte de Luna Park géant, avec des lumières qui clignotent, des maisons hantées, des musées en tout genre,…

 

La ville de Niagara.

 

Nous sommes retournés au bord des chutes vers 22h, puisqu’un feux d’artifice était prévu. La nuit, les chutes sont éclairées de diverses couleurs.

 

Jour 6 – En route pour la péninsule de Bruce

Cette journée nous avons simplement fait la route jusqu’à la péninsule de Bruce.

Nous avons passé la nuit au Miller Lake Campground, un camping les pieds dans l’eau.

 

Jour 7 – Park National de la Péninsule de Bruce

Après un petit détour par le centre d’accueil des visiteurs du park et être monté en haut de la tour d’observation, nous sommes allé installer notre camping-car dans un des campings du park, au bord de Cyprus Lake. Ce camping est les pieds dans l’eau et il y a des randonnées qui partent directement de cet endroit, comme celle que nous avons faite.

 

La Baie Géorgienne, dans le Parc National de la Péninsule de Bruce.

 

Depuis le camping au bord du lac Cyprus, nous avons fait une marche d’environ 45 minutes – 1 heure, jusqu’à la baie Géorgienne, ou se trouve l’un des plus beaux endroits de ce parc, avec des eaux turquoises magnifiques. Attention, nous y sommes allé en juin et l’eau y était froide, pour se baigner, il faudra s’y rendre plus tard dans l’été. Après avoir profité de cet endroit, nous avons pris un autre sentier pour retourner au camping.

 

La Baie Géorgienne, dans le Parc National de la Péninsule de Bruce.

 

Attention, ce parc assez rocheux, est l’habitat de nombreux serpents. Entre mon ami et moi, nous en avons vu 5. Il semblerait cependant qu’ils ne soient pas dangereux. Je le signale juste pour les personnes qui en ont la phobie (comme moi).

 

Le coucher du soleil sur le lac à côté de notre camping, dans le Parc National de la Péninsule de Bruce.

 

Au retour, nous nous sommes baigné dans le lac près du camping, bien plus chaud que celui aux eaux turquoises.

 

Jour 8 – Traversée de Tobermory à South Baymouth puis de la route jusqu’à Sudbury

Après une traversée en ferry jusqu’à l’ile Manitoulin (je vous conseil de réserver, le bateau peut être très plein), nous avons continué notre route dans le but de faire une randonnée avec des Indiens de la région. Nous avons eu beaucoup de peine à les trouver, et malgré 2 email pour réserver, auxquels je n’ai pas eu de réponse, il était maintenant trop tard pour réserver. C’était par ailleurs la raison pourquoi nous avons fait la traversée sur l’ile plutôt que de rouler au sud. Pour information, voici le site internet pour ce type d’activités (ne fonctionne souvent pas sur les mobiles) https://www.circletrail.com .

Nous avons continué notre route jusqu’à un camping quelconque près de Sudbury.

 

Jour 9 – Parry Sound et le Park Algonquin

Nous avons roulé jusqu’à Parry Sound. Il y aurait près de 30’000 iles au large de cette ville. On peut y faire des excursions en bateau ou en avion. Cependant, quand nous y sommes allés, une pluie énorme s’est abattue sur nous, nous avons donc fait le choix de continuer notre route, jusqu’au camping de Canisbay Lake, dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Attention aux ours, dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Le camping est au bord d’un lac, au milieu des bois et quand nous y étions, un ours s’y promenait régulièrement.

 

Jour 10 – Parc Provincial de l’Algonquin

N’ayant pas vu l’ours qui se promenait dans notre camping, nous avons choisit 2 randonnées dans le parc, ou il y avait plus ou moins de chance d’en voir un. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Nous avons alors fait le choix de rester une deuxième nuit dans le parc. L’après-midi, nous avons fait une balade de 2 heures en canoë, sur un petit lac du parc.

 

Une tortue traverse la route dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

La vue du point culminant d’une randonnée dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Un barrage de castors dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Le parc de l’algonquin a une faune diversifiée; nous y avons vu des oiseaux, des tortues, un orignal et pour le reste, je vous laisse lire le jour 11…

 

Jour 11 – Parc Provincial de l’Algonquin et en route vers Ottawa

Puisque, selon nos information, l’ours rodait dans le parc tôt le matin, nous nous sommes levés et avons cherché à le voir. Nous avons eu la chance de pouvoir l’observer durant près de 45 minutes. Il n’était pas agressif et se promenait de camping-car en camping-car, cherchant de la nourriture.

 

Un ours se balade dans le camping de Canisbay Lake dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Attention: ne faite cela que si vous savez comment agir et réagir en présence d’un ours! Surtout, restez à distance, ne prenez pas de risque!

 

Un ours se balade dans le camping de Canisbay Lake dans le Parc Provincial de l’Algonquin.

 

Nous avons ensuite pris la route pour Ottawa, avec un arrêt shopping dans un outlet, puis nous nous sommes installés au camping de Rideau Hill. Le soir, nous nous sommes rendu en ville avec un Uber pour faire une Escape Room, un jeu d’évasion avec des énigmes, en taille réelle.

 

Jour 12 – Ottawa

Nous avons passé la journée à Ottawa; tour en bus à 2 étages, balade dans la ville et sur la colline du parlement, visite du parlement,… Le soir, nous avons mangé sur une terrasse près du marché de la ville.

 

Un des bâtiments du parlement Canadien à Ottawa.

 

La bibliothèque du parlement Canadien, à Ottawa.

 

Le canal de Rideau, à Ottawa.

 

Jour 13 – En route pour Montréal

Journée ou nous n’avons pas fait grand chose à part rouler jusqu’au camping suivant: Montréal South Koa. Le camping n’avait rien de particulier, mais ils disaient qu’il était le plus proche de Montréal. Depuis le camping, il faudra tout de même 30 minutes de route pour arriver à la station de métro qui nous emmènera au centre après 2 arrêts.

 

Jour 14 – Montréal

Une journée de balade à Montréal; le centre, le vieux port et surtout, le soir, un repas d’anniversaire pour mon ami, dans un joli restaurant du vieux port.

 

Un cheval et son cavalier de la police montée à Montréal.

 

En balade à Montréal.

 

En balade à Montréal.

 

Jour 15 – Restitution du camping-car et transfert à l’aéroport.

Après avoir fait nos bagages et nettoyé le camping-car, nous l’avons remmené chez le loueur, qui nous a ensuite emmené à l’aéroport.

 

Un article suivra sur le voyage retour.

 

Avec les petits détours et trajets de gauche à droite, nous avons roulé près de 2700 km en 2 semaines. Si je devais modifier quelque chose, je ne passerais juste pas par le nord du Lac, avec le ferry, mais par le sud. A part cela, tout était très bien.

 

L’essence est beaucoup moins cher que chez nous et à peu près tous les soirs, nous avons fait un feu de bois devant notre camping-car.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions!

No comments yet.